Réserve de la baie de Canche : lettre au président de la République et pétition

/Réserve de la baie de Canche : lettre au président de la République et pétition

Réserve de la baie de Canche : lettre au président de la République et pétition

Un collectif d’associations lui demande de faire respecter l’État de droit.

La réserve naturelle nationale de baie de Canche a été créée en 1987. Par un arrêt du 19 juin 19921, le Conseil d’État a rejeté la requête de la fédération des chasseurs qui demandaient le retrait de la plage des Pauvres qui est la seule vasière de la baie qui ne soit pas chassée. Comme les limites ne sont pas balisées, les agents de la police de la Nature refusent de verbaliser les chasseurs qui braconnent sur cette plage.

Cette activité cynégétique est non seulement contraire à la loi, mais elle crée, en outre, une insécurité permanente pour les visiteurs d’août à février (promeneurs, naturalistes, enfants des écoles…).

Depuis 30 ans, l’État a refusé de faire appliquer la loi ce qui a valu à la France de recevoir un avis motivé de la Commission européenne du 13/09/1995 qui précise que « la République française est également en infraction par rapport aux obligations qui lui incombent en vertu des articles 4 et 7 de la directive 79/409/CEE » et l’invite « à prendre les mesures requises pour se conformer au présent avis motivé dans le délai de deux mois à compter de la notification de celui-ci. ».

Pour mettre fin à cette situation, le GDEAM-62 a contesté le refus du préfet de procéder au balisage, devant le tribunal administratif de Lille qui a « enjoint au préfet du Pas-de-Calais de procéder au réexamen de la demande du GDEAM conformément aux dispositions du plan de gestion applicables (…) dans un délai de deux mois à compter de la notification du jugement » (jugement du 07/06/17). Suite à ce jugement, l’association a reçu un courrier du préfet du 17 juillet l’informant de sa décision de faire réaliser le balisage au plus tard en mars 2018.  Le comité de gestion a validé la pose de ce balisage avant la saison de chasse 2018 sans aucune opposition des chasseurs membres du comité (M. Thierry Forestier et le représentant de la FDC62). Les chasseurs de la baie de Canche ont obtenu en compensation que deux huttes situées dans la réserve et utilisées illégalement par les chasseurs depuis 28 ans soient déplacées. Ces travaux, au profit de quelques chasseurs, ont été financés sur des fonds publics pour un montant de 100 000 €.

L’importance de cette plage des Pauvres pour les oiseaux de la réserve a été confirmée par l’avis du CNPN rendu le 13/09/2012 et par une étude sur le dérangement demandée en 2014 par la DREAL. Ils démontrent son grand intérêt pour l’avifaune migratrice et hivernante, ce qui justifie grandement son intégration dans la réserve naturelle nationale et dans la zone de protection spéciale « estuaire de la Canche » (site ZPS FR3110038). Toutes les autres vasières de part et d’autre de la Canche sont déjà totalement stérilisées par les 44 huttes juxtaposées les unes aux autres. Ce ne sont que quelques chasseurs à la botte qui stérilisent chaque jour la plage des Pauvres. Elle ne représente que 800 m linéaires soit 0,4 % du linéaire non autorisé à la chasse sur les 190 km chassables du littoral des Hauts-de-France. L’association des chasseurs de la baie de Canche dispose sur le domaine public de 44 huttes et 10 hutteaux, ce qui recouvre près de 560 ha soit plus que la totalité de la réserve naturelle (506 ha). Ne pas chasser sur la vasière de la plage des Pauvres si importante pour les oiseaux de la réserve et de la ZPS ne peut en aucun cas être considéré comme une privation abusive d’usage pour les chasseurs locaux.

La dénomination « plage des Pauvres » conviendrait mieux à caractériser ce que subissent les oiseaux de cette réserve, qui au lieu de trouver le repos et la nourriture sur cette plage, y rencontrent la mort depuis 30 ans, plutôt qu’à une utilisation politicienne à des fins de populisme  dans le contexte de rivalité entre les représentants de LR et de LRM.

Face à l’inaction constatée, un collectif d’associations1 a décidé de solliciter monsieur le président de la République et le ministre en charge des réserves  pour que la décision de justice soit appliquée et que le balisage soit mis en place le plus rapidement possible et que l’État de droit soit enfin respecté.

  1. CMNF, FNE Hauts-de-France, GDEAM, GON, LPO62, NNE

Télécharger la lettre ouverte du collectif

Comment agir ?

Si vous voulez affirmer votre attachement à la réserve naturelle nationale de Baie de Canche et exigez la démarche du balisage sur “la plage de pauvres” (façade maritime de la réserve), afin que la réserve retrouve la tranquillité tant pour la faune que pour les visiteurs pacifiques et que l’Etat de droit s’applique enfin !

Rejoignez-le mouvement et signez ici la pétition.

 

2018-04-25T06:11:32+00:00avril 19th, 2018|

Bienvenue sur le site du GON Nord – Pas-de-Calais

Depuis sa création en 1968, le Groupe ornithologique et naturaliste du Nord et du Pas-de-Calais (GON) a acquis une position centrale et incontournable dans l’étude et la protection de la faune sauvage dans la région Nord - Pas-de-Calais. Le GON, initialement tourné vers l’ornithologie, s’est peu à peu diversifié pour étudier l’ensemble de la faune vertébrée sauvage de la région et une partie de la faune invertébrée. Dans le cadre du projet de base de données du patrimoine naturel régional (Réseau des Acteurs de l’Information Naturaliste), le GON est le pôle concentrateur et fédérateur des données sur la faune (Pôle faune).
X