Le préfet du Pas de Calais a suspendu la chasse de la Bécasse jusqu’au 15 février tandis que celui du Nord la prolonge jusqu’16 février.

Le GON se félicite d’avoir été entendu et remercie les préfets pour leur décision. Mais, quelques jours de suspension, ce n’est pas suffisant. Pour que les oiseaux puissent reconstituer leurs réserves énergétiques déjà bien entamées depuis une semaine, une période d’une dizaine de jours est essentielle dès le retour du redoux. (Dans le cas d’une vague de froid inférieure à 15 jours, la réouverture de la chasse après une suspension ne devrait pas s’effectuer avant 7 à 10 jours après la fin de l’aléa climatique. Source : ONCFS (2003) : 10 questions sur … Les vagues de froid en France et leurs conséquences sur l’avifaune http://www.oncfs.gouv.fr/IMG/file/oiseaux/oiseaux-eau/vagues_froid2.pdf).

Pour l’instant, les oiseaux sont dans l’impossibilité de se nourrir correctement et le gel nocturne est prévu encore jusqu’à dimanche inclus. Les multiples dérangements causés par une reprise prématurée de la chasse vont donc épuiser encore plus les oiseaux. Tirer des oiseaux amaigris, affaiblis, est-ce cela la chasse à la française ?
Si les services de l’Etat ne le font pas, le GON va demander une prolongation de la suspension de la chasse à la Bécasse des bois.