Vous connaissez tous ce personnage publicitaire qui, en s’habillant de « vert » essaie, sans succès, de contrer une célèbre entreprise de crédit.
Publicité amusante, originale et sans doute… inspirante, puisque la Région, par l’intermédiaire de ses élus chasseurs, enfile le même habit !

> Acte 1

Lancement de l’opération « Des oiseaux dans mon jardin », pâle copie de l’opération « Oiseaux des jardins » menée depuis 10 ans par la Ligue pour la Protection des Oiseaux et le Muséum National d’Histoire Naturelle.
Des interrogations (comment expliquer aux enfants que les merles et grives, -espèces chassées – ne soient pas comptabilisées ?), des problèmes de validation scientifique et le relevé de copier/coller constatés par huissier ont fait l’objet d’un courrier envoyé par la LPO à la Fédération Régionale des Chasseurs des Hauts-de-France…

> Acte 2

Lancement de l’opération le 14 février 2020 « Suivi et renforcement des populations nicheuses d’hirondelles en Hauts-de-France ».
Même analyse que l’opération précédente, voilà plus de 20 ans que les associations de protection de la Nature se sont investies dans différentes opérations : « Hirondelles au coin de ma fenêtre », etc…
Nous pourrions, a priori, nous joindre à ces initiatives si elles étaient…sincères !
Mais où est la cohérence ?

Aucun des représentants du monde cynégétique des Hauts-de-France ne s’est exprimé pour s’opposer aux chasses dites traditionnelles comme la chasse à la glu, destructrice de plus de 50 000 merles et grives (et de combien de petits passereaux ?), ni à la chasse à la matole, responsable de la mort de plus de 100 000 alouettes des champs, espèce classée NT (quasi menacée).

La Fédération Nationale des Chasseurs a obtenu, quant à elle, de pouvoir réaliser un « prélèvement » de 18 000 Tourterelles des bois malgré son classement VU (vulnérable) dans la liste rouge nationale des oiseaux nicheurs de France métropolitaine (et encore, la demande initiale portait sur 30000 oiseaux !). Les merles, grives et étourneaux, oiseaux de nos jardins, sont toujours classés chassables (tirs au fusil) partout en France.

Nous ne pouvons donc pas souscrire à ces animations qui n’ont comme objectif que de redorer le blason d’un monde cynégétique de plus en plus décrié par l’opinion publique.
On peut mettre dans le même registre l’Opération « Hauts-de-France propres » qui délivre un message identique mais qui passe sous silence les 6000 tonnes de plomb dispersées chaque année dans la Nature – sans parler des cartouches – !

Alors, notre petit bonhomme vert, comme dans la publicité, n’arrivera pas à ses fins : la ficelle était trop grosse.
On le sait, pour les responsables de la Fédération Régionale des Chasseurs, la Biodiversité se résume au Gibier, le reste n’est que poudre aux yeux !