Ce sont 47 observateurs du GON et de ses partenaires (ANG, EDEN 62, Conseil départemental 59, GON, Guide nature du littoral, LPO62, Sea-mer) qui ont parcouru les 130 km de plage découpés en 28 secteurs historiques  à la recherche des oiseaux échoués. Une mobilisation fort réjouissante pour la doyenne des enquêtes animée par le GON depuis 1968 !

Résultat

Oiseaux

L’année 2017 se distingue par une augmentation du nombre d’oiseaux échoués avec 163 individus de 20 espèces qui ont pu être identifiées grâce aux photos, prélèvements de plumes et identifications des individus sur le terrain : Guillemot de Troïl ; Tadorne de Belon ; Grand Cormoran ; Goéland argenté ; Mouette rieuse ; Goéland cendré ; Vanneau huppé ; Mouette tridactyle ; Pingouin torda ; Fulmar boréal ; Fou de Bassan ; Goéland brun ; Grèbe huppé ; Cygne tuberculé ; Macreuse noire ; Huitrier pie ; Goéland marin ; Etourneau sansonnet ; Epervier d’Europe ; Aigrette garzette.

Mammifères

6 Marsouins communs, 1 marcassin et… 1 Hérisson d’Europe ce qui constitue, en l’état actuel de nos connaissances, la première donnée dans un habitat atypique pour cette espèce.

Causes de mortalité et faits marquants

  • Aucun oiseau mazouté n’a été retrouvé ; un Goéland argenté est mort emprisonné dans un filet de pêche.  La cause de la mort des autres cadavres n’a pu être déterminée sur le terrain et leur dissection apportera sans doute des indices.
  • Une concentration atypique d’oiseaux sur le secteur Hardelot – Sainte Cécile a été constatée par la section de l’Engoulevent : 39 cadavres retrouvés sur 11 km dont 14 Goélands argentés et 8 Fous de Bassan, espèce particulièrement touchée en 2017 avec 24 cadavres retrouvés sur tout le littoral.
  • Deux Fous de bassan bagués ont été trouvés par la section Le Cochevis.  L’un d’eux a été bagué à Alderney, une des îles Anglo-Normandes, le 16 juillet 2007.

Indices de pollution

Paraffine

Les résidus de paraffine relâchés en novembre 2016 par un cargo hollandais étaient toujours présents dans les laisses de mer et concentrés de la baie d’Authie aux Hemmes de Marck. Le docteur Van Franeker (2012) de l’institut IMARES (Pays-Bas) a prouvé l’ingestion de la paraffine par le Fulmar boréal et il en fait une cause de mortalité. L’enquête ECOQO (ECological Quality Objectives) coordonnée par le GON (2017), pour la première fois sur le littoral du Nord et du Pas-de-Calais, permettra de confirmer ou non cette cause de mortalité pour les 4 Fulmars boréaux et éventuellement pour les 12 Guillemots de Troïl récoltés de décembre à mars sur le littoral Nord – Pas-de-Calais et qui seront autopsiés afin d’identifier les contenus stomacaux.

Billes bleues

Des billes bleues (caoutchouc spongieux pour le nettoyage des tubes) qui ont échappé aux filtres de la centrale nucléaire de Gravelines ont été trouvées aux Hemmes de Marck.

Remerciements

Un grand bravo à tous les participants pour leur mobilisation et leur investissement dans cette opération. Merci aux photographes qui ont mis leurs clichés à disposition. Nous espérons vous retrouver en 2018 pour le prochain recensement (les 24 et 25 février) !

Nous remercions chaleureusement l’ensemble des participants, notamment les responsables qui ont pris en charge bénévolement la coordination d’un ou plusieurs secteurs : Cédric Beaudoin, Eric Petit-Berghem, Frédéric Caloin, Philippe Cannesson, Annabel Courtin, Bernard Gournay, Xavier Gruwier, Lucien Gues, Nathan Legroux, Corinne Rudowiez, Thierry Ryckelynck, Laurent Thullier.

Vous pouvez télécharger le document complet avec ce lien.