• Nouvelle mobilisation record et nombre d’oiseaux échoués en hausse, tels sont les deux points forts du recensement 2016

Ce sont 89 observateurs qui, à la recherche des oiseaux échoués, ont parcouru les 130 km de plage découpés en 28 secteurs historiques conformes au protocole de l’agence des aires marines protégées Manche – mer du Nord.

Ce chiffre en constante augmentation (le double de celui de 2014), grâce à la mobilisation des neuf structures participantes est fort réjouissant pour la doyenne de nos enquêtes animée par le GON depuis 1968 !

gon-PGL'équipe-du-Cochevis

Un grand merci à l’ensemble des participants de : ANG, EDEN62, conseil départemental 59, GDEAM, GON, Lestrem Nature, LPO59, LPO62, Vogelwerkgroep Zuid West Vlaanderen

  • Résultats

L’année 2016 se distingue par une augmentation du nombre d’oiseaux échoués détectés avec 149 individus contre 101 en 2015. La barre des 149 individus n’avait pas été atteinte depuis 2009 !

27 espèces ont pu être identifiées grâce aux photos, prélèvement de plumes et identification sur le terrain

  • Espèces retrouvées :
  • Aigrette garzette
  • Canard chipeau
  • Canard colvert
  • Canard pilet
  • Eider à duvet
  • Grive musicienne
  • Fou de bassan
  • Foulque macroule
  • Fulmar boréal
  • Goéland argenté
  • Goéland marin
  • Goéland brun
  • Goéland cendré
  • Grive litorne
  • Grive musicienne
  • Grand cormoran
  • Grèbe huppé
  • Guillemot de Troïl
  • Mouette rieuse
  • Mouette tridactyle
  • Pigeon colombin
  • Pigeon domestique
  • Pingouin torda
  • Plongeon arctique
  • Sarcelle d’hiver
  • Tadorne de belon
  • Vanneau huppé

Les espèces les plus représentées sont le Guillemot de Troïl avec 24 individus, suivi du Goéland argenté (20 individus), du Goéland marin (11 individus) et de la Mouette rieuse (10 individus).

gon-ED-Guillemot-mazouté

gon-TR-Phoque-gris

Indices de cause de mortalité

Oiseaux mazoutés

Pour rappel, aucun oiseau mazouté n’avait été découvert en 2015 et un seul en 2014 !

L’année 2016 montre malheureusement un pic de pollution aux hydrocarbures non-négligeable sur le littoral du Nord et du Pas-de-Calais avec 18 oiseaux présentant des traces de mazout. Les Alcidés (Pingouin torda ou Guillemot de Troïl) sont les plus affectés avec 17 individus contre un seul Goéland marin.

Aucun incident marquant n’a été signalé dans la période précédant le comptage mis à part le naufrage du cargo hollandais en octobre 2015 au large des côtes belges. On ne peut écarter la persistance de reste d’hydrocarbure dans ce secteur de la mer du Nord puisque 16 des 18 oiseaux mazoutés ont été trouvés entre le cap Gris-Nez et la frontière belge ! Seul le secteur Calais-Sangatte a permis de détecter la présence de boulettes d’hydrocarbures à plusieurs endroits.

 Autres causes

Une seule autre cause probable de la mort a été identifiée sur un Plongeon arctique ayant un fil de pêche à la ligne qui dépassait du bec.

  • Autres faits marquants

La laisse de mer était réduite dans la majorité des sites. Cette absence peut résulter du ramassage mécanique mal ciblé. Il a été signalé à Boulogne-sur-Mer et au Touquet lors du comptage. Seuls quatre secteurs possédaient une grande quantité de laisses de mer.

Lorsqu’elle n’est pas polluée, elle attire nombre d’oiseaux qui y trouvent des Crustacés (les Talitridae ou poux de mer forts appréciés des gravelots), des crabes et des débris organiques indispensables sans oublier son rôle comme précurseur de la fixation des sables.

 Mammifères marins

Quatre Marsouins communs et un Phoque gris ont été trouvés échoués. La cause de la mort n’a pour le moment pas été identifiée par la Coordination mammalogique du Nord de la France (CMNF).

Un grand bravo à tous les participants pour leur mobilisation et leur investissement dans cette opération.

Un remerciement spécial aux référents qui ont pris en charge la coordination d’un secteur
Dans l’ordre des secteurs : Cédric Beaudoin, Thierry Bernard, Frédéric Caloin, Pierre Camberlein, Philippe Cannesson, Bernard Gournay, Xavier Gruwier, Lucien Gues, Nathan Legroux, Rudy Pischiutta, Robin Quevillart et Thierry Ryckelynck