L’arrivée en France d’oiseaux infectés par Trichomonas gallinae, un protozoaire flagellé, semble se confirmer d’après des observations faites par les bagueurs du Nord et du Pas-de-Calais qui ont lancé l’alerte (Cap Ornis baguage ).

Trichomonas gallinae était connu pour être un parasite des pigeons et des tourterelles, surtout en période de reproduction, et bien connu des éleveurs sous le vocable de “chancre”. Après semble-t-il une évolution du parasite, la trichomonose est devenue une épizootie qui touche d’autres espèces en Europe.

Des cas ont été observés chez des Rapaces se nourrissant de pigeons infectés, mais surtout, depuis 2005 en Grande-Bretagne, sur des Fringilles (verdier, pinsons…) d’autant plus sensibles qu’ils n’ont pas ou peu d’immunité contre ce parasite. L’épidémie en forte progression entre 2006-2009 semble se stabiliser, mais persiste et serait responsable du déclin des Verdiers d’Europe et des Pinsons des arbres outre-Manche avec une baisse estimée à 20 % de la population.

Comment reconnaître un oiseau infecté ?

A distance, on peut reconnaître les « symptômes » en observant des oiseaux épuisés, haletants, ébouriffés, léthargiques, amaigris, qui n’arrivent pas à s’alimenter tout en essayant désespérément de le faire, parfois bavant avec les plumes du pourtour du bec humides. Ils ne parviennent plus à s’envoler et restent au sol.

L’infection se développe durant plusieurs jours voire plusieurs semaines laissant le temps à l’oiseau de se traîner misérablement, mais aussi d’infecter d’autres individus. Elle se transmet surtout par la salive et donc par les aliments et l’eau contaminés par celle-ci. Le parasite ne survit pas très longtemps dans l’environnement, mais les mangeoires, abreuvoirs et stations de bain sont des lieux de prédilection pour sa transmission, car ils concentrent les rassemblements d’oiseaux.

D’autres espèces sont aussi touchées, mais dans une moindre mesure notamment Le Tarin des aulnes, le Moineau domestique, la Mésange bleue ou l’Accenteur mouchet. Même si, sans analyse des individus morts, d’autres maladies ne peuvent être écartées, certaines mesures d’hygiène peuvent limiter la propagation de la maladie.

Recommandations

  • nettoyer et désinfecter (l’eau de javel est parfaite) les mangeoires, abreuvoirs et stations de bain…et les laisser sécher avant de les réutiliser ;
  • en cas d’épidémie majeure ou persistante, la solution radicale est l’arrêt du nourrissage. Signaler vos observations dans SIRF (note en remarque).

Signaler vos observations dans SIRF (note en remarque)