Volume N°44-1

  • 2011-1 Caloin, F. – Nidification de la Spatule blanche Platalea leucorodia sur le littoral du Nord – Pas-de-Calais à Cucq (62,PP – W06,07).

Résumé : En 2009, à l’occasion du recensement annuel des Ardéidés arboricoles, la Spatule blanche Platalea leucorodia a été découverte nicheuse dans une colonie mixte de Hérons cendrés Ardea cinerea et d’Aigrettes garzettes Egretta garzetta du littoral. Il s’agit de la première mention de nidification de l’espèce dans la région Nord – Pas-de-Calais. En 2010 et 2011, l’espèce s’est maintenue sur le site. Cette découverte est à mettre en relation avec l’augmentation des effectifs de l’espèce au niveau national.

  • 2011-2 Camberlein, P. & .Tombal, J.-C.- Relations interspécifiques entre le Goéland cendré Larus canus et le Grand-Duc d’Europe Bubo bubo dans deux carrières de l’Avesnois (59,HA) en période de reproduction.

Résumé : Deux carrières situées au sud de Maubeuge, la carrière de Limont-Fontaine et celle de Dompierre-sur-Helpe sont fréquentées par le Goéland cendré Larus canus et le Grand-duc d’Europe Bubo bubo en tant que nicheurs. Les relations interspécifiques entre les deux espèces y ont été étudiées de 2009 à 2011. Il semble que la présence du Grand-duc d’Europe entraîne une diminution importante du succès reproducteur du Goéland cendré.

  • 2011-3 Mézière, S. – Le Milan noir Milvus migrans niche-t-il encore dans l’Avesnois ?

Résumé : Le Milan noir Milvus migrans est un nicheur emblématique la région Nord – Pas-de-Calais. Pendant près de deux décennies, le seul couple régional avéré a occupé un petit secteur forestier du Haut-Avesnois.

Le suivi du site de nidification a révélé le départ de l’oiseau à partir de 2007, suite à d’importants travaux de déboisement, notamment en période printanière. Aujourd’hui, même si des observations laissent présager de l’existence d’autres sites potentiels de nidification, rien ne prouve que ce rapace fait encore partie de l’avifaune nicheuse régionale.

  • 2011-4 : Jaffré, M., Glippa, O. & Luczak, C. – Naissance d’un Phoque veau marin Phoca vitulina dans le port de Boulognesur-Mer (62, AO – W06,05).

Résumé : Ces dernières années, le Phoque veau marin a vu ses effectifs et son nombre de naissances croître sur l’ensemble des côtes françaises. Probablement en raison de dérangements anthropiques importants et d’une pression d’observation moins intense qu’en baie de Somme, très peu de naissances ont été observées sur la côte d’Opale, alors que les populations semblent toutefois y suivre la tendance nationale. Dans ce contexte, une femelle gestante à la recherche de tranquillité pour la mise bas a trouvé, suite aux derniers aménagements du port de Boulogne-sur-Mer, les conditions requises pour s’installer pour cette période particulière du cycle de vie.

Volume N°44-2

  • 011-5 Ward, A. – Bilan du recensement des oiseaux d’eau à la mi-janvier 2012 dans la région Nord – Pas-de-Calais

Résumé : le recensement des oiseaux d’eau réalisé à la mi-janvier 2012 a permis de contacter 220 880 oiseaux appartenant à 81 espèces de la liste officielle du Wetlands International auxquels s’ajoutent 275 individus appartenant à 17 espèces qui ont fréquenté les zones humides prospectées lors du recensement.

  • 2011-6 Ward, A. – Premier cas de reproduction du Goéland marin Larus marinus à l’intérieur des terres dans le Nord – Pas-de-Calais (Saint-Omer – 62FM – E01,04)

Résumé : Si le littoral du Nord – Pas-de-Calais est le plus important site d’accueil des Goélands marins Larus marinus hivernant en France, il ne retient pas les couples reproducteurs. Seuls 5 couples ont été recensés au maximum depuis la première reproduction certaine observée en 2005. Ses incursions à l’intérieur des terres sont également peu nombreuses et seulement notées dans 5 sites depuis 10 ans. La reproduction réussie d’un couple dans la réserve naturelle nationale du Romelaere (Saint-Omer, FM) à 30 km de la mer semble donc remarquable.

  • 2011-7 Wrobel, S. – Suivi de la Chevêche d’Athéna Athene noctua dans le Parc de la Deûle (59, LY -E05,06/07)

Résumé : Afin d’estimer l’évolution des effectifs supposés nicheurs de Chevêche d’Athéna Athene noctua dans le territoire du Parc de la Deûle, l’Espace naturel Lille métropole a mené un recensement des individus de cette espèce répondant à la repasse selon un protocole standardisé. L’enquête s’est déroulée de 2006 à 2012, avec une interruption en 2007. Les résultats obtenus durant ces 6 années d’étude montrent que la densité est faible et manifeste une tendance à la diminution. La dégradation des habitats de l’espèce et la concurrence par la Chouette hulotte seraient les explications les plus plausibles. En revanche, le choix du protocole, les conditions météorologiques et la dynamique générale de l’espèce n’expliquent pas ces faibles densités si on les compare à celles obtenues dans le Val de Marque et la Chaîne des lacs avec le même protocole. Compte tenu des résultats, l’espèce mériterait de faire l’objet d’un plan de gestion spécifique dans ce secteur.

  • 2011-8 Ryckelynck, T., Hubert, H. & Vanappelghem, C. – La Rainette verte Hyla arborea (Linnaeus 1758) à Millam (59, FM – W01,03) – Bilan de douze années de suivi de la population des mares de Millam et découverte de nouvelles stations

Résumé : La population de Rainette verte Hyla arborea (Linnaeus 1758) découverte en 1996 dans le site des mares de Millam fait l’objet d’un suivi depuis 2001 par Thierry Ryckelynck et le Conservatoire d’espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais. Deux méthodes ont été utilisées pour suivre la population : l’écoute des chants et la capture des mâles chanteurs. Les résultats de ces 12 années de suivi sont présentés et discutés au regard des limites inhérentes aux méthodes de suivi des populations basées sur les indices d’abondance. La découverte de nouvelles stations entre 2009 et 2012 à Millam et dans la commune voisine de Merckeghem est rapportée. Des projets de restauration et de création de mares et d’un corridor biologique qui visent à conforter ou restaurer des sites de reproduction et favoriser les échanges entre ces sites sont présentés.

Volume N°44-3

  • 2011-9 Sueur, F., Merchier, M. & Gosselin, G. – Avifaune de la Foraine d’Authie à Conchil-le-Temple (62, PP – W05,09) : phénologie de l’avifaune aquatique et effectifs nicheurs de 2005 à 2010

Résumé : Les oiseaux d’eau ont été dénombrés chaque mois de 2005 à 2010 sur les gravières de Conchil-le-Temple 62 (Foraine d’Authie). 74 espèces aviennes, dont 18 nicheuses, ont été identifiées. L’endroit revêt un intérêt ornithologique particulier notamment comme site de reproduction du Grand Cormoran, de l’Avocette élégante et de la Mouette mélanocéphale ; d’hivernage pour les Canards chipeau et souchet, les Fuligules milouin et morillon ; de repos pour la Spatule blanche.

  • 2011-10 Venel, J-M. & Griboval, A. – Nidification précoce du Grèbe huppé Podiceps cristatus pendant l’hiver 2012-2013 à Plouvain (62, SE – E05,10)

Résumé : Deux couples de Grèbe huppé se sont reproduits pendant l’hiver 2012-2013 sur un étang de pêche à Plouvain. Si les tentatives de reproduction en période hivernale sont notées de plus en plus régulièrement, les cas de réussite sont beaucoup plus anecdotiques.

  • 2011-11 : Boulanger, A.– Mammifères du Nord Pas-de-Calais – Synthèse 2012 des données saisies dans SIRF

Résumé : En 2012, grâce à la mise en place de SIRF, la base en ligne du GON, le nombre de données de mammifères a connu un accroissement significatif permettant la rédaction de cette première synthèse. Parmi les 43 espèces enregistrées, 5 espèces dominent en effectif : le Chevreuil, le Lapin de garenne, le Lièvre d’Europe, le Hérisson d’Europe et l’Ecureuil roux. La majorité des données proviennent d’observations visuelles (y compris de cadavres) et d’indices de présence. Comme pour les autres groupes faunistiques, certains secteurs de la région restent encore sous prospectés comme le Montreuillois, le Haut-Artois, l’Ostrevent, le Nord-Avesnois ou encore une partie de la Flandre. Ce premier bilan très positif va permettre d’établir des pistes pour sensibiliser et former les observateurs à la prospection et à la récolte des données de mammifères.

  • 2011-12 Lemoine, G. – La prise en compte des hyménoptères dans la requalification des carrières et notamment des sablières

Résumé : Les Hyménoptères Aculéates font partie, comme de nombreux autres taxons, des espèces menacées en France et en Europe. Le caractère sténotope de certaines espèces d’Hyménoptères en fait un groupe qui peut fréquenter de façon très importante tant en nombre d’espèces qu’en nombre d’individus différents sites d’extraction de matériaux. Les carrières et sablières, par la richesse des espèces qu’elles accueillent, apparaissent ainsi comme des espaces stratégiques pour leur conservation. Après un état des lieux sur la prise en compte « très récente » des Hyménoptères dans les ouvrages et les guides proposant de bonnes pratiques pour la remise en état des sites industriels, diverses initiatives prises en Wallonie (Belgique) et dans la région Nord Pas-de-Calais pour la gestion de leurs habitats sont décrites.

Volume N°44-4

  • 2011-13 Bertrand, F. & Venel, J.-M. – Evolution de la population nicheuse du Corbeau freux Corvus frugilegus dans la région Nord – Pas-de-Calais entre 2000 et 2012 : nombre de colonies et effectifs

Résumé : Le Groupe ornithologique et naturaliste du Nord – Pas-de-Calais (GON) a réalisé un recensement complet des colonies de Corbeaux freux Corvus frugilegus dans la région Nord – Pas-de-Calais en 2012. En le comparant avec le recensement de même type réalisé en 2000, on constate une baisse de 27% des effectifs nicheurs dans la région. Le nombre de colonies augmente et leur taille diminue. La distribution géographique de l’espèce s’élargit. La présence très fréquente d’espèces protégées à l’intérieur et à proximité des colonies est démontrée. De nouveaux moyens d’effarouchement sont présentés. Un nouveau statut juridique du Corbeau freux est proposé : ne plus classer cet oiseau parmi les espèces nuisibles, mais lui conserver uniquement son statut d’espèce gibier.

  • 2011-14 Gajocha, R. – La Poxvirose chez la Mésange charbonnière Parus major, état des lieux dans la région Nord – Pas-de-Calais

Résumé : La poxvirose est une maladie récemment apparue chez la Mésange charbonnière Parus major. Les premiers cas datent des années 70. La maladie, initialement signalée en Scandinavie, s’est propagée vers le sud et semble avoir atteint la région Nord – Pas-de-Calais en 2012. Les résultats régionaux obtenus lors de l’hiver 2012-2013 sont présentés.

  • 2011-15 Godin, J., Godin, J. & Godin, F. – Un cas de nourrissage interspécifique d’une nichée de Mésange charbonnière Parus major par le Troglodyte mignon Troglodytes troglodytes à Saint-Aybert (59, SE – E10,08)

Résumé : En mai 2013, à Saint-Aybert (59, SE – E10,08), un cas de nourrissage interspécifique entre une Mésange charbonnière Parus major, parent biologique, et un Troglodyte mignon Troglodytes troglodytes, parent adoptif, a été observé. Après avoir décrit la situation, les auteurs relatent les résultats du suivi photographiqueayant donné des informations sur le rythme de nourrissage de la nichée, les contributions des parents biologique et adoptif (rythme de nourrissage de chacun des parents, durée de séjour au nid et évacuation du sac fécal). Des hypothèses expliquant ce cas de nourrissage interspécifique sont avancées, les résultats du suivi photographique sont discutés par rapport à des cas de nidification « normaux » et quelques avantages et inconvénients du nourrissage interspécifique sont présentés.

  • 2011-16 Lemoine, G. – Des “grenouilles” dans les salades

Résumé : Depuis un peu plus d’une demi-douzaine d’années, Internet et la presse écrite font état de la présence d’amphibiens dans des salades en sachets. Le plus souvent, il s’agit de Rainettes méridionales Hyla meridionalis, Rainettes vertes Hyla arborea et de Grenouilles rousses Rana temporaria prisonnières dans des sachets de salades déjà lavées, conditionnées et prêtes à l’emploi. Ces données récurrentes montrent, si cela était encore nécessaire, qu’il ne s’agit en aucun cas de légendes urbaines, mais bien d’événements abondamment décrits. La présence d’amphibiens semble être le résultat d’une mécanisation de la chaîne de nettoyage et d’emballage qui permet par une vigilance moindre ‘arrivée de quelques corps indésirables. La fraîcheur des produits et leur mode de conservation ainsi que l’absence de traitement permettent généralement aux individus piégés de rester en vie.