Enquête Petit Paon de nuit 2016

/Enquête Petit Paon de nuit 2016

Enquête Petit Paon de nuit 2016

Comme présenté lors de la première réunion du groupe hétérocères du GON, une étude régionale sur le Petit Paon de Nuit commence cette année. Il s’agit d’un gros papillon de la famille des Saturniidae (qui comprend 2 espèces dans la région). Les mâles volent de jour et les femelles de nuit. Les adultes ne se nourrissent pas et n’ont donc pas besoin de fleurs pour vivre. Les chenilles sont polyphages sur un grand nombre de plantes et arbustes : salicaire, ronces, saule, aubépine, bouleau, callune, argousier, arbres fruitiers, etc. C’est un habitant des friches, du bocage, des lisières forestières, des dunes, des coteaux calcaires et des ripisylves. Cette espèce ne semble donc pas très exigeante. Pourtant, cette espèce autrefois commune est en déclin dans de nombreuses régions. Je ne l’ai personnellement pas souvent observée dans la région. Son déclin est plutôt inquiétant et peut-être indicateur d’autres problèmes (pollution lumineuse, pesticides, etc.). Une meilleure connaissance de la répartition de cette espèce parait intéressante pour tenter d’identifier les facteurs qui l’influencent. De plus, il s’agit d’une espèce remarquable par sa beauté et sa taille, qui peut intéresser beaucoup de bénévoles. La mise au point récente de phéromones de synthèse pour cette espèce a fini de me convaincre de l’opportunité de cette enquête.

Durant cette première année, il s’agit surtout de déterminer quelles sont les meilleures stratégies de prospections. Plusieurs approches sont possibles :

  • la chasse au piège lumineux la nuit, pour capturer des femelles ;
  • l’attraction des mâles à l’aide de phéromones de synthèse ou de femelles vierges, le matin ;
  • la chasse à vue des mâles (comme pour les papillons de jour), le matin ;
  • la recherche des chenilles et des chrysalides.

Je vous propose donc de chercher cette espèce avec ces différentes méthodes dans des sites où l’espèce est connue ou pas. L’obtention de femelles vierges par élevage étant longue (une année), je vous propose de faire une commande groupée pour tester les phéromones de synthèse de la Pherobank de Wageningen en Hollande. Le GON et la SENF (http://www.sebastien-verne.fr/SENF/index.php) se partagent les frais de dossiers et de port et vous devez donc être membre d’une de ces associations pour pouvoir bénéficier de la commande groupée.

Les phéromones se présentent sous la forme d’un bout de caoutchouc qui contient les molécules chimiques. Elles se conservent deux à trois ans au congélateur. Il faut les conserver individuellement afin d’éviter les contaminations entre phéromones différentes (si vous commandez aussi des phéromones pour les sésies), ce qui réduit leur efficacité. Elles peuvent s’utiliser plusieurs fois sur le terrain sans problème. Pour les amener sur le terrain, il est conseillé de les transporter dans un sac isotherme, par exemple avec des blocs congélation, pour les maintenir au frais. Pour les utiliser, il suffit de les poser ou de les accrocher (par ex. dans un sac de nylon) sur une plante.

Pour commander, veuillez m’envoyer un email (centrale-heteroceres@gon.fr) avant le 6 mars 2016.

Une réunion sera organisée fin mars à la MRES à Lille pour distribuer les phéromones. J’y présenterai les différentes méthodes de recherche.

 

2016-11-17T09:08:59+00:00février 27th, 2016|

Bienvenue sur le site du GON Nord – Pas-de-Calais

Depuis sa création en 1968, le Groupe ornithologique et naturaliste du Nord et du Pas-de-Calais (GON) a acquis une position centrale et incontournable dans l’étude et la protection de la faune sauvage dans la région Nord - Pas-de-Calais. Le GON, initialement tourné vers l’ornithologie, s’est peu à peu diversifié pour étudier l’ensemble de la faune vertébrée sauvage de la région et une partie de la faune invertébrée. Dans le cadre du projet de base de données du patrimoine naturel régional (Réseau des Acteurs de l’Information Naturaliste), le GON est le pôle concentrateur et fédérateur des données sur la faune (Pôle faune).
X