L’enquête de l’été porte sur une galle causée par un Lépidoptère : Adaina microdactyla (Pterophoridae).
Bien que cet insecte soit plus grand et plus visible que ceux des précédentes enquêtes, cette espèce reste peu détectée sous sa forme adulte (il n’y a d’ailleurs que 4 données dans SIRF à ce jour).

La première génération de ce petit Ptérophore pond dans les tiges de l’Eupatoire chanvrine, Eupatorium cannabinum, où elle cause une galle qui consiste en un léger renflement de la tige, proche d’un noeud. Un petit trou, bien visible, parfois souligné de sciure, permet à la chenille d’évacuer ses déchets.

Adaina microdactyla

La chenille du Ptérophore y mènera tout son développement.

Alors si vous êtes en manque de prospections, penchez-vous, à peine, sur l’Eupatoire chanvrine ; les galles d’Adaina mycrodactyla y sont communes à qui veut les voir !

Pour les curieux de l’espèce :

https://ukmoths.org.uk/species/adaina-microdactyla

http://www.lepiforum.de/lepiwiki.pl?Adaina_Microdactyla

Encodage :

Il suffit de rentrer la donnée (le nom de ce Ptérophore) dans SIRF (http://www.sirf.eu), dans le groupe “Autres”, accompagnée si possible d’une photographie de la galle.

Rappel si vous désirez aller plus loin :

  • Lambinon, J., Carbonnelle, S. & Claerebout, S., 2017. Aide-mémoire de cécidologie : Choix de zoocécidies de la Belgique (2ème édition). Cercle des Naturalistes de Belgique. 76 p.
  • Dauphin, P., Aniotsbéhère, J.-C. 1997. Les galles de France. Mémoires de la société linnéenne de Bordeaux Tome 2.

http://www.bladmineerders.nl