Depuis le 17 février 2015, en conformité avec la Constitution française, le Code civil reconnaît que tout animal est « un être vivant doué de sensibilités » inscrivant enfin dans la loi ce que les nombreuses études scientifiques avaient prouvé depuis longtemps. Cela permettait à la France de mettre fin à la vision archaïque de l’animal que notre société traîne comme un boulet depuis des siècles.

Malheureusement, de la loi à la réalité de terrain, le chemin est long et se perpétuent des mises à mort inadmissibles auxquelles un referendum national sur la cause animale vise à mettre fin.
Il demande la suppression de 6 des pratiques les plus ignobles.

– Interdiction de la chasse à courre et des chasses dites traditionnelles. Ces pratiques archaïques n’ont plus leur place dans une société civilisée. La chasse à courre, la vénerie sous terre, le piégeage à la glu, les matoles qui assomment les oiseaux, les pantes et les tenderies qui les étranglent doivent cesser.
– Interdiction de l’élevage des animaux dans le but d’obtenir de la fourrure. Il est temps que la France rejoigne les pays européens qui ont mis fin à ces élevages de fourrure.
– Interdiction des expériences sur animaux lorsqu’il existe une méthode de recherche alternative
– Interdiction de l’élevage intensif incompatible avec le bien-être animal.
– Interdiction de l’élevage en cage aux conséquences désastreuses d’ordre physiologique, comportemental et affectif.
– Interdiction des spectacles d’animaux vivants d’espèces non domestiques.

Pour en savoir plus, l’article de la LPO.

Pour faire progresser la cause animale à travers cette opportunité de démocratie participative, mobilisez-vous et faites-le savoir sur ce site !