Le préfet du Pas-de-Calais met en consultation un projet d’arrêté qui autoriserait la période de destruction exceptionnelle des blaireaux par piégeage et par déterrage à partir du 1er juin 2021, soit pendant 8 mois et demi.
Cette décision ne peut qu’interroger sur le fonctionnement des institutions en France, car le tribunal de Lille vient d’annuler les arrêtés précédents de destruction en avril 2020 et le 10 avril 2021. Cette prolongation exceptionnelle de destruction par les moyens les plus barbares qui soient doit être expressément justifiée. Or, tous les arguments avancés par le préfet en 2021 ont tous été jugés irrecevables en 2020 et en 2021. Le préfet est même accusé de commettre une erreur manifeste d’appréciation au regard des dispositions du code de l’Environnement.

Alors qu’un préfet se doit de faire appliquer les lois de la République, comment celui du Pas-de-Calais peut-il bafouer les décisions de justice et persister à autoriser la destruction des mères blaireaux en pleine période de reproduction quand les petits ne sont même pas encore sevrés !
Il continue d’invoquer de supposés dégâts qui ne sont ni localisés ni documentés… Il en est de même de la lutte contre la tuberculose bovine alors qu’aucun blaireau n’est contaminé et que les mesures sanitaires de prévention sont déjà prises.
Le préfet n’est même pas en mesure de fournir des données validées scientifiquement sur les effectifs de blaireaux dans le département et il en est réduit à extrapoler les effectifs à partir de celles fournies par la fédération des syndicats agricoles du Pas-de-Calais, des effectifs au km² largement supérieurs à ceux connus pour la France.

Par ces décisions injustifiées, le préfet inscrit le département dans les régions les plus archaïques d’Europe. La vénerie sous terre relève de ces pratiques barbares qui ne devraient plus exister dans un pays civilisé. Ces actes de cruauté infligent de profondes souffrances aux blaireaux acculés dans leur terrier à l’aide de chiens, pendant des heures, le temps que les déterreurs détruisent leur terrier et les saisissent avec des pinces avant de les achever. Cette pratique insoutenable a été filmée par One Voice et peut être visionnée ici ou .

Nous vous encourageons à participer à la consultation en vous opposant à cet arrêté et en demandant l’arrêt dans le Pas-de-Calais de la pratique de la vénerie sous terre comme certains préfets l’ont déjà fait et de mettre en place les mesures de biosécurité recommandées par l’ANSES pour la prévention de la tuberculose bovine.
Vous pouvez également interpeller vos parlementaires pour qu’ils légifèrent sur l’inscription du blaireau dans la liste des espèces protégées et pour mettre fin à la pratique barbare de la vénerie sous terre.

Pour donner votre avis, adressez un courriel AVANT LE 5 MAI 2021 sur la page de la consultation publique.

Prenez connaissance des documents décrivant le projet d’arrêté.