Bienvenue sur le site du GON Nord – Pas-de-Calais

Depuis sa création en 1968, le Groupe ornithologique et naturaliste du Nord et du Pas-de-Calais (GON) a acquis une position centrale et incontournable dans l’étude et la protection de la faune sauvage dans la région Nord - Pas-de-Calais. Le GON, initialement tourné vers l’ornithologie, s’est peu à peu diversifié pour étudier l’ensemble de la faune vertébrée sauvage de la région et une partie de la faune invertébrée. Dans le cadre du projet de base de données du patrimoine naturel régional (Réseau des Acteurs de l’Information Naturaliste), le GON est le pôle concentrateur et fédérateur des données sur la faune (Pôle faune).

Destruction du Renard ou prolifération des campagnols ?

/Destruction du Renard ou prolifération des campagnols ?

Destruction du Renard ou prolifération des campagnols ?

En Lorraine, un collectif de 55 associations dénonce la destruction de plus de 13000 renards en 1 an pour protéger le gibier d’élevage lâché chaque dimanche pour la chasse. Malgré une forte opposition du public, le préfet a pris un arrêté autorisant le tir de nuit des renards, ce qui va encore augmenter la pression sur cette espèce.

En conséquence, comme ses proies favorites, les campagnols, prolifèrent, les cultivateurs ont recours au poison pour essayer d’en diminuer les effectifs. A lire dans l’EST REPUBLICAIN

Le GON a déjà dénoncé les danger de l’utilisation de ce poisson et les incohérences de la législation française (lire l’article) comme le souligne les experts du conseil scientifique régional du patrimoine naturel (CSRPN) du Grand-Est. A lire ici

Une motion pour réhabiliter le Renard a été votée à l’unanimité par les participants du 2e colloque “Grand Est” d’ornithologie organisé par la LPO Grand Est. Elle sera transmise aux différentes préfectures des départements.

Elle dénonce  “un acharnement illégitime compte tenu du rôle écologique prépondérant que tient le renard en particulier grâce à la prédation qu’il exerce sur les populations de campagnols limitant ainsi les dégâts aux cultures. Alors que de nombreux départements font l’objet de campagne de traitement à la bromadiolone, il vaudrait mieux laisser le renard faire son travail d’auxiliaire agricole plutôt que d’avoir recours à des substances chimiques qui peuvent avoir des incidences sur la faune non ciblée.”

Télécharger la motion ici.

2016-12-12T08:10:28+00:00
X