La vie de plus de 150 000 oiseaux dépend de votre détermination à répondre à la consultation publique…
Et oui, malgré l’opposition massive des citoyens, le Ministère a décidé de reconduire les quotas pour les chasses dites « traditionnelles » :
– 42 500 grives et merles noirs pourront être piégés à l’aide de gluaux ;
– 106 500 alouettes des champs pourront être attrapées à l’aide de pantes ;
– 5 800 grives et merles noirs, 1 200 vanneaux huppés et 30 pluviers dorés pourront être capturés au moyen de filets ou de collets.

Suivez les liens suivants pour participer à ces consultations publiques et exprimer votre opposition à ces projets d’arrêtés :

> Projets d’arrêtés relatifs à la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants dans 5 départements de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la campagne 2020-2021

> Projets d’arrêtés relatifs à la capture de l’alouette des champs au moyen de pantes et de matoles dans 4 départements de Nouvelle Aquitaine pour la campagne 2020-2021

> Projets d’arrêtés relatif à la capture des vanneaux et des pluviers dorés et relatif à la tenderie aux grives ou aux merles noirs dans le département des Ardennes pour la campagne 2020-2021

A l’heure où la biodiversité s’effondre, ces décisions sont particulièrement consternantes.
La Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) encourage ses adhérents à voter massivement (et ils le font !) en faveur de ces chasses d’un autre âge.

A nous de nous mobiliser pour être plus nombreux encore et obtenir, les temps nous semblent propices, la suppression de ces chasses indignes.

DATE LIMITE 17 JUILLET 2020

Dernière minute, une bonne nouvelle (mais, surtout, répondez à ces consultations publiques car rien n’est jamais gagné !) :

“La Commission Européenne demande à la France de mettre fin à la chasse illégale :
– Pratiques cynégétiques traditionnelles selon des méthodes de capture non sélectives, tel le piégeage à la glu ;
– Le prolongement de la chasse aux oies sauvages au mois de février pendant leur période de migration printanière ;
– La chasse des espèces en mauvais état de conservation, comme la Tourterelle des bois.

La Commission Européenne déplore notamment que parmi les 64 espèces pouvant aujourd’hui être chassées en France, seules 20 présentent un bon état de conservation.

Ces pratiques sont en effet illégales et interdites par la directive européenne 2009/147, dite « directive oiseaux », qui vise à protéger toutes les espèces d’oiseaux naturellement présentes à l’état sauvage dans l’Union européenne.
Cette décision fait suite à une plainte contre la France déposée par la LPO le 2 avril 2019 concernant plusieurs infractions au droit européen.

Cet avis motivé de la Commission Européenne fait suite à une première lettre de mise en demeure envoyée à la France en juillet 2019, sans qu’aucune mesure ne soit prise pour se mettre en conformité avec le droit européen. Le gouvernement français dispose à présent d’un délai de trois mois pour répondre aux préoccupations de la Commission. À défaut, celle-ci pourrait décider de saisir la Cour de justice de l’UE.”