lerot-masquelier-siteDepuis 1966, le GON étudie et mène des actions de préservation en faveur de la faune sauvage régionale y compris des mammifères. Certaines espèces, peu connues ou particulièrement vulnérables du fait de leur répartition limitée et/ou de leur déclin font l’objet d’études spécifiques. C’est le cas pour le Lérot Eliomys quercinus, petit rongeur bien qu’encore commun, a fortement régressé ces dernières décennies et dont on ne connaît pas l’ampleur précise du déclin (UICN, 2012).
L’objet de l’étude régionale sur le Lérot entreprise par le GON vise donc à préciser le statut de cette espèce autrefois très commune et d’estimer les menaces qui pèsent sur elle.
Pour répondre à cet objectif, un protocole simple a été mis en place afin de faire participer et de sensibiliser un maximum d’acteurs territoriaux et de particuliers sur le territoire régional. Par ailleurs, le même type de suivi est réalisé sur une partie de la Belgique permettant ainsi d’avoir une démarche transfrontalière.

Voici les résultats du suivi 2012

En 2013, des sessions d’écoute avec repasse seront retentése plus régulièrement avec différents protocoles (durée d’émission, dates, etc.) de façon automatisée si possible.
Le piège-photographique sera maintenu au moins jusqu’en octobre pour un suivi d’une année entière.
Des gîtes supplémentaires seront posés durant l’hiver dans les secteurs lacunaires en fonction des opportunités de partenariat et de suivi à long terme. Une plaquette de présentation et de sensibilisation devrait voir le jour à la fin du premier trimestre 2013.