L’Œdipode aigue-marine Sphingonotus caerulans n’a été découvert dans notre région qu’en 2013 par Yannick CHER.

IMGP5438-Sphingo_400px

Après cette découverte, des prospections spécifiques ont abouti à la découverte de l’espèce dans 13 nouvelles mailles (soit 1/3 des mailles prospectées).

carte

Ces premières données laissent penser que l’Œdipode aigue-marine est sans doute présente dans bien d’autres secteurs du Nord – Pas-de-Calais. Une meilleure connaissance de sa répartition permettrait d’avoir des informations sur l’état des populations et des informations supplémentaires sur son habitat dans la région.

Attention à la confusion avec son « cousin », l’Oedipode turquoise Oedipoda caerulescens, criquet à ailes bleues et noires assez commun.
Par exemple, le pronotum (premier segment thoraciques sur le dessus) de l’Œdipode aigue-marine est non saillant et lisse.

dos-IMGP4447-Sphingo-hazebrouck_YC_600px

alors que celui de l’Œdipode turquoise est saillant et rugueux.

dos-Oedipode-turquoise_1190606

Ils habitent tous deux des zones sèches à végétation éparse, comme les dunes, les pelouses sèches mais également les délaissés de chemin de fer ou les terrils. Ils sont bien visibles de fin juillet à septembre.

Pour distinguer les deux espèces, les techniques de reconnaissance et autres précisions, consulter la fiche enquête préparée par le groupe “Orthoptères”.

Surtout, n’oubliez pas de saisir les données dans SIRF pour faire savoir où vous avez prospecté.
Plus votre donnée sera précise, plus elle sera intéressante pour connaître la biologie de l’espèce.
Si vous avez cherché Sphingonotus caerulans dans un habitat propice mais que vous ne l’avez pas rencontrée, entrez quand même la donnée dans SIRF en cochant la case « Nul » en-dessous du nom de l’espèce : cela nous permettra de savoir que le secteur a été prospecté.

Merci par avance